Accueil / Agenda et actualités / Actus 2015 archivées / Glyphosate au cœur des débats


jeu 24 janvier 2019
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Agenda et actualités

Glyphosate au cœur des débats

Zone traitée au glyphosate
Le saviez-vous?? Désherber avec des produits chimiques le long des fossés, des caniveaux et sur les trottoirs, est interdit et peut vous coûter cher...

Depuis plusieurs décrets datant de 2004 et arrêtés publiés en 2004, 2006 et 2009, l'utilisation de désherbants, comme le glyphosate (commercialisé sous le nom de "Round-up"), et autres produits chimiques, sont réglementés, encadrés, limités voire même interdits dans certains cas. Tout récemmment, le ministre de l'écologie, Madame Ségolène Royal, vient d'envisager son retrait de la vente en libre-service pour les particuliers. Pourquoi ? 

Chez soi, on peut en principe faire ce qu'on veut ou presque, tout « en respectant les doses mentionnées sur le produit », mais sur le domaine public,  la pulvérisation des produits phytosanitaires est TRES REGLEMENTÉE. Ne traitez jamais avec des pesticides (désherbants, fongicides, insecticides) à proximité de l'eau, à moins de 5 m des cours d'eau, plans d'eau, dans les fossés (même à sec), collecteurs d'eaux pluviales, point d'eaux, ne traitez pas sur un terrain pentu risquant un entraînement vers un point d'eau : ruisseau, étang, mare, puits...  ne traitez pas en cas de vent supérieur à 3 sur l'échelle de Beaufort.

L'usage massif de ces produits, notamment pour les usages non agricoles (jardinage, désherbage) mal contrôlé, explique leur présence dans de nombreux cours d'eau et nappes phréatiques. Ils appauvrissent considérablement la faune du sol, son écosystème. Aussi, ces sols morts (sols viticoles, trottoir désherbé) ont perdu leur richesse bactérienne et sont quasiment incapables de dégrader le glyphosate . Dans l'eau du robinet que nous buvons des traces de pesticides peuvent être retrouvées. Pour la rendre consommable, l'eau doit donc être retraitée, ce qui entraine un surcoût.

Le 20 mars 2015, le glyphosate a été classé "cancérogène probable pour l'humain" par le centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation Mondiale de la Santé.

 

La peine encourue en cas d'usage non raisonné va jusqu'à 75 000?€ d'amende et deux ans de prison...

  • Noté actuellement 0 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 0/5 (0 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Plan du site

Notre village

Vie municipale

Vie pratique

Agenda et actualités

Vie associative

Enfance et Jeunesse

Economie et Tourisme